adoration

mardi 28 janvier 2014
par  remi
popularité : 40%

Pour beaucoup de personnes, adorer est un verbe que l’on utilise pour toutes sortes de choses (on adore son mari, sa femme, son chien, son chat ... mais aussi le chocolat !).

Du fait de cette usage généralisé on a en perdu le véritable sens et surtout la valeur spirituelle.

La place de l’adoration est primordiale dans notre relation avec Dieu. Elle fait croître l’intensité de notre intimité avec Lui et produit une réelle et spirituelle émotion, elle nous fait grandir dans la foi et suscite le désir d’une plus grande sainteté de vie. Elle fait partie des choses que Dieu attend des êtres humains, et surtout de ceux qui croient en Lui. Il la demande, il cherche des adorateurs et il reproche aux incrédules de ne pas le glorifier comme Dieu devant l’évidence de sa divinité.

Mais l’heure vient, et elle est déjà venue, où les vrais adorateurs adoreront le Père en esprit et en vérité ; car ce sont là les adorateurs que le Père demande. Jean 4:23

https://www.facebook.com/remi.louchie.9

La colère de Dieu se révèle du ciel contre toute impiété et toute injustice des hommes qui retiennent injustement la vérité captive, car ce qu’on peut connaître de Dieu est manifeste pour eux, Dieu le leur ayant fait connaître. En effet, les perfections invisibles de Dieu, sa puissance éternelle et sa divinité, se voient comme à l’œil, depuis la création du monde, quand on les considère dans ses ouvrages. Ils sont donc inexcusables, puisque ayant connu Dieu, ils ne l’ont point glorifié comme Dieu, et ne lui ont point rendu grâces ; mais ils se sont égarés dans leurs pensées, et leur cœur sans intelligence a été plongé dans les ténèbres. Romains 1.18-21

Retenir la vérité captive, c’est nier que Dieu soit l’auteur de l’existence de tout ce qui est visible, c’est le rejeter comme Souverain et Créateur, en refusant de lui rendre hommage.

L’adoration

Elle fait partie des choses que Dieu attend des êtres humains, il la demande, il cherche des adorateurs et il reproche même aux incrédules de ne pas le glorifier comme Dieu devant la grandeur et les perfections de sa création.

Nous mêmes qui sommes par sa grâce devenus ses enfants ne savons pas toujours l’importance de l’adoration dans notre relation avec Dieu, ni la meilleure façon d’adorer.

L’adoration n’est pas la prière, des demandes, ni même des actions de grâces pour les bienfaits reçus. Elle est la reconnaissance de la gloire de Dieu, l’expression de l’admiration de sa majesté et l’humble soumission du cœur devant sa grandeur.

Lors de son entretien avec la Samaritaine, au puits de Jacob, Jésus a précisé ce qu’est la véritable adoration, qui nous devons adorer et le désir de Dieu d’avoir de vrais adorateurs.

Mais l’heure vient, et elle est déjà venue, où les vrais adorateurs adoreront le Père en esprit et en vérité ; car ce sont là les adorateurs que le Père demande.

Dieu est Esprit, et il faut que ceux qui l’adorent l’adorent en esprit et en vérité. Jean 4:23/24

Un peu avant, il lui avait dit que l’adoration s’adresse à quelqu’un que l’on connaît.

Vous adorez ce que vous ne connaissez pas ; nous, nous adorons ce que nous connaissons, car le salut vient des Juifs. Jean 4:22

Pour les vrais adorateurs, l’adoration est le résultat de la connaissance de Dieu acquise soit par l’observation de la création, soit par la lecture de sa Parole, soit par la révélation du Saint-Esprit. Mieux nous le connaissons, meilleure sera notre adoration. La révélation de Dieu suscite et inspire l’adoration. La Bible nous apprend la façon extraordinaire d’adorer des créatures célestes. Elles sont placées devant la gloire même du tout Puissant et leur adoration est nourrie par la vision de la sainteté, de la puissance, de la gloire, de la magnificence, de la nature même de Celui qui est assis sur un trône très élevé, l’Eternel Dieu, le Créateur, l’auteur de la vie pour tout ce qui se meut, le Dieu du salut conçu, décidé et accompli par son Fils unique, appelé "le Verbe".

Nous devons comprendre l’importance de l’adoration dans notre relation avec Dieu, et apprendre à l’adorer.

C’est un acte entièrement désintéressé. On n’adore pas pour recevoir de Dieu quelque chose.

On parle parfois de "prière d’adoration", mais l’adoration va au delà de la prière, au-delà même des actions de grâces ou de la louange dont elle peut être remplie.

Ce n’est sûrement pas un acte de guerre, comme je l’ai lu dernièrement sous le titre d’un livre : "la guerre d’adoration". L’auteur explique que l’adoration doit être conçue comme une arme dirigée contre les puissances des ténèbres. Il se peut et c’est même certain que l’adoration, pratiquée selon la pensée de Dieu, fait partie des choses qui déterminent nos victoires, cependant l’adoration n’est pas une arme dirigée contre des ennemis, mais une démarche spirituelle vers Dieu.

L’adoration exprime les sentiments que l’on ne peut pas toujours définir mais qui montent de notre cœur lorsque nous sommes remplis d’admiration, d’émerveillement en découvrant la grandeur de la gloire de Dieu. Nous nous prosternons, nous inclinant devant lui, reconnaissant la souveraineté , la grandeur, la majesté de Celui qui siège sur un trône infiniment élevé.

Et tous les anges se tenaient autour du trône et des vieillards et des quatre êtres vivants ; et ils se prosternèrent sur leurs faces devant le trône, et ils adorèrent Dieu. Apocalypse 7:11

Adorer, c’est rendre hommage à Dieu, à cause de ses perfections invisibles, sa puissance éternelle, sa divinité, sa sainteté et surtout son amour manifesté dans le don de son fils Jésus-Christ (Jean 3.16).

C’est également montrer notre respect et notre humble soumission, reconnaissant sa souveraineté absolue sur toutes choses et sur nous mêmes.

Le prophète Esaïe exprime très bien le sentiment d’adoration de ceux qui découvrent la gloire de Dieu :

L’année de la mort du roi Ozias, je vis le Seigneur assis sur un trône très élevé, et les pans de sa robe remplissaient le temple. Des séraphins se tenaient au-dessus de lui ; ils avaient chacun six ailes ; deux dont ils se couvraient la face, deux dont ils se couvraient les pieds, et deux dont ils se servaient pour voler. Ils criaient l’un à l’autre, et disaient : Saint, saint, saint est l’Eternel des armées ! toute la terre est pleine de sa gloire ! Les portes furent ébranlées dans leurs fondements par la voix qui retentissait, et la maison se remplit de fumée. Alors je dis : Malheur à moi ! je suis perdu, car je suis un homme dont les lèvres sont impures ... Esaïe 6.1 ...

La gloire de Dieu, c’est a dire la manifestation éclatante de sa sainteté, produit, dans le cœur de ceux à qui Il se révèle ainsi, la conscience de son élévation et de leur propre indignité.

La Bible donne dans plusieurs passages une description de la Gloire de Dieu et à chaque fois ceux qui en sont témoins sont profondément ébranlés, touchés. Alors ils se prosternent et ils adorent.

"L’Éternel descendit dans une nuée, se tint là auprès de lui, et proclama le nom de l’Éternel. Et l’Éternel passa devant lui et s’écria : L’Éternel, l’Éternel, Dieu miséricordieux et compatissant, lent à la colère, riche en bonté et en fidélité, qui conserve son amour jusqu’à mille générations, qui pardonne l’iniquité, la rébellion et le péché, mais qui ne tient point le coupable pour innocent, et qui punit l’iniquité des pères sur les enfants et sur les enfants des enfants jusqu’à la troisième et à la quatrième génération ! Aussitôt Moïse s’inclina à terre et se prosterna." Exode 34.5/8

Le prophète Ezéchiel a été témoin de cette gloire impressionnante :

Au-dessus du ciel qui était sur leurs têtes, il y avait quelque chose de semblable à une pierre de saphir, en forme de trône ; et sur cette forme de trône apparaissait comme une figure d’homme placé dessus en haut. Je vis encore comme de l’airain poli, comme du feu, au dedans duquel était cet homme, et qui rayonnait tout autour ; depuis la forme de ses reins jusqu’en haut, et depuis la forme de ses reins jusqu’en bas, je vis comme du feu, et comme une lumière éclatante, dont il était environné. Tel l’aspect de l’arc qui est dans la nue en un jour de pluie, ainsi était l’aspect de cette lumière éclatante, qui l’entourait : c’était une image de la gloire de l’Eternel. A cette vue, je tombai sur ma face, et j’entendis la voix de quelqu’un qui parlait. Ezéchiel 1.26 ...

L’apôtre Jean décrit la gloire céleste de Dieu qui lui a été révélée dans ses visions.

Aussitôt je fus ravi en esprit. Et voici, il y avait un trône dans le ciel, et sur ce trône quelqu’un était assis. Celui qui était assis avait l’aspect d’une pierre de jaspe et de sardoine ; et le trône était environné d’un arc-en-ciel semblable à de l’émeraude. Apocalypse 4.2 ...

Du trône sortent des éclairs, des voix et des tonnerres. Devant le trône brûlent sept lampes ardentes, qui sont les sept esprits de Dieu. Apocalypse 4:5

Cependant la gloire de Dieu n’est pas toujours manifestée par la vision insoutenable de sa présence. Elle est aussi présente dans des œuvres naturellement évidentes.

Les cieux racontent la gloire de Dieu, Et l’étendue manifeste l’œuvre de ses mains. Le jour en instruit un autre jour, La nuit en donne connaissance à une autre nuit. Ce n’est pas un langage, ce ne sont pas des paroles Dont le son ne soit point entendu : Leur retentissement parcourt toute la terre, Leurs accents vont aux extrémités du monde ... Psaume 19.1

Lorsque nous contemplons l’univers créé par Dieu, nous sommes conduits à l’adoration :

Quand je contemple le ciel que tes doigts ont façonné, les étoiles et la lune que tes mains ont disposées, je me dis ... Eternel, notre Seigneur, que ta gloire est admirable sur la terre tout entière. Psaume 8

Le Seigneur Jésus a été dans son corps terrestre, la manifestation de la gloire de Dieu son Père :

Le Fils, qu’il a établi héritier de toutes choses, par lequel il a aussi créé le monde, et qui, étant le reflet de sa gloire et l’empreinte de sa personne ... Hébreux 1.2

C’est pourquoi l’apôtre Jean a pu écrire :

Et la parole a été faite chair, et elle a habité parmi nous, pleine de grâce et de vérité ; et nous avons contemplé sa gloire, une gloire comme la gloire du Fils unique venu du Père. Jean 1:14

Il y a bien d’autres passages qui nous parlent de la gloire de Dieu et il en ressort que l’adoration est le fruit de la révélation de cette gloire, qu’elle soit manifestée de manière surnaturelle ou que nous la découvrions plus naturellement.

Adorer Dieu

Dans l’Ancienne Alliance, le sanctuaire consacré au culte contenait un autel d’or pour l’offrande d’un parfum unique réservé à l’Eternel, un parfum odoriférant exclusivement composé à son honneur.

L’Eternel dit à Moïse : Prends des aromates, du stacté, de l’ongle odorant, du galbanum, et de l’encens pur, en parties égales. Tu feras avec cela un parfum composé selon l’art du parfumeur ; il sera salé, pur et saint. Tu le réduiras en poudre, et tu le mettras devant le témoignage, dans la tente d’assignation, où je me rencontrerai avec toi. Ce sera pour vous une chose très sainte. Vous ne ferez point pour vous de parfum semblable, dans les mêmes proportions ; vous le regarderez comme saint, et réservé pour l’Eternel. Exode 30.34-37

Le souverain sacrificateur l’offrait, au nom de tout le peuple, comme un acte d’adoration dont Dieu seul peut et doit être le sujet.

Je suis l’Eternel, ton Dieu, qui t’ai fait sortir du pays d’Egypte, de la maison de servitude. Tu n’auras pas d’autres dieux devant ma face. Tu ne te feras point d’image taillée, ni de représentation quelconque des choses qui sont en haut dans les cieux, qui sont en bas sur la terre, et qui sont dans les eaux plus bas que la terre. Tu ne te prosterneras point devant elles, et tu ne les serviras point ; car moi, l’Eternel, ton Dieu, je suis un Dieu jaloux, qui punis l’iniquité des pères sur les enfants jusqu’à la troisième et la quatrième génération de ceux qui me haïssent, et qui fais miséricorde jusqu’en mille générations à ceux qui m’aiment et qui gardent mes commandements. Exode 20.2-6

C’est avec ce passage des Ecritures que Jésus repoussa le diable, lors de la tentation au désert :

Le diable le transporta encore sur une montagne très élevée, lui montra tous les royaumes du monde et leur gloire, et lui dit : Je te donnerai toutes ces choses, si tu te prosternes et m’adores. Jésus lui dit : Retire-toi, Satan ! Car il est écrit : Tu adoreras le Seigneur, ton Dieu, et tu le serviras lui seul. Matthieu 4.8-10

Le livre de l’Apocalypse rapporte que l’apôtre Jean, transporté dans une vision tellement glorieuse, s’est prosterné devant l’ange qui lui révélait ces choses sublimes, mais ce dernier l’en dissuada.

C’est moi Jean, qui ai entendu et vu ces choses. Et quand j’eus entendu et vu, je tombai aux pieds de l’ange qui me les montrait, pour l’adorer. Mais il me dit : Garde-toi de le faire ! Je suis ton compagnon de service, et celui de tes frères les prophètes, et de ceux qui gardent les paroles de ce livre. Adore Dieu. Apocalypse 22.8-9

Adorer le Fils de Dieu

Dans le Nouveau Testament, nous découvrons que le Seigneur Jésus-Christ est associé à l’adoration due à Dieu.

Les Evangiles, nous apprennent que ceux qui découvrent la gloire divine de Jésus se prosternent devant lui et l’adorent.

Dès sa naissance les bergers prévenus pas les anges sont venus et ont reconnu dans ce bébé emmailloté et couché dans une mangeoire d’animaux, le Sauveur, le Christ, le Seigneur. Luc 2.8 ...

Plus tard des mages avertis par une étoile particulière, vinrent aussi l’adorer.

Quand ils aperçurent l’étoile, ils furent saisis d’une très grande joie. Ils entrèrent dans la maison, virent le petit enfant avec Marie, sa mère, se prosternèrent et l’adorèrent ; ils ouvrirent ensuite leurs trésors, et lui offrirent en présent de l’or, de l’encens et de la myrrhe. Matthieu 2.10,11

Ses disciples l’ont adoré, pendant sa vie terrestre et après sa résurrection :

Ceux qui étaient dans la barque vinrent se prosterner devant Jésus, et dirent : Tu es véritablement le Fils de Dieu. Matthieu 14:33

Quand ils le virent, ils se prosternèrent devant lui. Matthieu 28:17

En lisant ce qui concerne Jésus, nous observons que beaucoup de personnes, témoins de ses miracles, reconnaissaient qu’il était le fils de Dieu et l’adoraient.

Même les démons proclamaient sa souveraineté et se prosternaient devant lui :

Les esprits impurs, quand ils le voyaient, se prosternaient devant lui, et s’écriaient : Tu es le Fils de Dieu. Marc 3:11

Le Père a ordonné aux anges d’adorer son Fils. Il confirme ainsi la la divinité du Seigneur Jésus-Christ et l’associe à sa gloire. :

Le Fils, qu’il a établi héritier de toutes choses, par lequel il a aussi créé le monde, et qui, étant le reflet de sa gloire et l’empreinte de sa personne, et soutenant toutes choses par sa parole puissante, a fait la purification des péchés et s’est assis à la droite de la majesté divine dans les lieux très hauts, devenu d’autant supérieur aux anges qu’il a hérité d’un nom plus excellent que le leur. Car auquel des anges Dieu a-t-il jamais dit : Tu es mon Fils, Je t’ai engendré aujourd’hui ? Et encore : Je serai pour lui un père, et il sera pour moi un fils ? Et lorsqu’il introduit de nouveau dans le monde le premier-né, il dit : Que tous les anges de Dieu l’adorent ! Hébreux 1.2-6

Le Père a élevé son Fils unique à la dignité suprême :

C’est pourquoi aussi Dieu l’a souverainement élevé, et lui a donné le nom qui est au-dessus de tout nom, afin qu’au nom de Jésus tout genou fléchisse dans les cieux, sur la terre et sous la terre, et que toute langue confesse que Jésus-Christ est Seigneur, à la gloire de Dieu le Père. Philippiens 2.9

Toutes les créatures reconnaissent la dignité de l’Agneau de Dieu et l’adorent.

Quand il eut pris le livre, les quatre êtres vivants et les vingt-quatre vieillards se prosternèrent devant l’agneau, tenant chacun une harpe et des coupes d’or remplies de parfums, qui sont les prières des saints. Et ils chantaient un cantique nouveau, en disant : Tu es digne de prendre le livre, et d’en ouvrir les sceaux ; car tu as été immolé, et tu as racheté pour Dieu par ton sang des hommes de toute tribu, de toute langue, de tout peuple, et de toute nation ; tu as fait d’eux un royaume et des sacrificateurs pour notre Dieu, et ils régneront sur la terre. Je regardai, et j’entendis la voix de beaucoup d’anges autour du trône et des êtres vivants et des vieillards, et leur nombre était des myriades de myriades et des milliers de milliers. Ils disaient d’une voix forte : L’agneau qui a été immolé est digne de recevoir la puissance, la richesse, la sagesse, la force, l’honneur, la gloire, et la louange. Et toutes les créatures qui sont dans le ciel, sur la terre, sous la terre, sur la mer, et tout ce qui s’y trouve, je les entendis qui disaient : A celui qui est assis sur le trône, et à l’agneau, soient la louange, l’honneur, la gloire, et la force, aux siècles des siècles ! Et les quatre êtres vivants disaient : Amen ! Et les vieillards se prosternèrent et adorèrent. Apocalypse 5.8-14

Comment adorer

Le verbe hébreu "chaHah" évoque le geste de s’incliner, se prosterner ou même se jeter face contre terre

Ils se prosternent devant celui qui est assis sur le trône, et ils adorent celui qui vit aux siècles des siècles, et ils jettent leurs couronnes devant le trône, en disant : Tu es digne, notre Seigneur et notre Dieu, de recevoir la gloire et l’honneur et la puissance ; car tu as créé toutes choses, et c’est par ta volonté qu’elles existent et qu’elles ont été créées. Et toutes les créatures qui sont dans le ciel, sur la terre, sous la terre, sur la mer, et tout ce qui s’y trouve, je les entendis qui disaient : A celui qui est assis sur le trône, et à l’agneau, soient la louange, l’honneur, la gloire, et la force, aux siècles des siècles ! Et les quatre êtres vivants disaient : Amen ! Et les vieillards se prosternèrent et adorèrent.

La lecture de l’Ancien Testament nous apprend que l’adoration était souvent liée à une révélation particulière de Dieu dans une vision ou à l’ouïe de sa voix audible, amenant celui qui adorait à se prosterner physiquement dans sa présence, rempli d’une crainte respectueuse.

La Bible donne de nombreux exemples d’adorateurs : Abraham, Jacob, Moïse, Daniel et bien d’autres.

Quand Abram eut quatre–vingt–dix–neuf ans, l’Eternel lui apparut et lui dit : Je suis le Dieu tout–puissant. Conduis ta vie sous mon regard et comporte–toi de manière irréprochable ! Je conclurai une alliance avec toi et je multiplierai ta descendance à l’extrême.

Abram se prosterna, la face contre terre, et Dieu continua de lui parler. Genèse 17.1-3

Si les récits de l’Ancien Testament en montrent l’aspect physique, Jésus dit que la véritable adoration est premièrement spirituelle.

Mais l’heure vient, et elle est déjà venue, où les vrais adorateurs adoreront le Père en esprit et en vérité ; car ce sont là les adorateurs que le Père demande.

Dieu est Esprit, et il faut que ceux qui l’adorent l’adorent en esprit et en vérité. Jean 4:23/24

Il enseigne aussi qu’elle s’adresse à quelqu’un que l’on connaît.

Vous adorez ce que vous ne connaissez pas ; nous, nous adorons ce que nous connaissons, car le salut vient des Juifs. Jean 4:22

Plus nous connaitrons le Seigneur, mieux nous l’adorerons.

Les êtres célestes, témoins directs de la gloire de Dieu, adorent parfaitement Celui qui est assis sur un trône très élevé, l’Eternel, le Créateur, l’auteur de la vie pour tout ce qui se meut, le Dieu du salut conçu, décidé et accompli par son Fils unique, appelé "la Parole". Leur adoration est nourrie par la vision de sa sainteté, de sa puissance, de sa gloire.

L’année de la mort du roi Ozias, je vis le Seigneur assis sur un trône très élevé, et les pans de sa robe remplissaient le temple. Des séraphins se tenaient au-dessus de lui ; ils avaient chacun six ailes ; deux dont ils se couvraient la face, deux dont ils se couvraient les pieds, et deux dont ils se servaient pour voler. Ils criaient l’un à l’autre, et disaient : Saint, saint, saint est l’Éternel des armées ! toute la terre est pleine de sa gloire ! Esaïe 6:1/3

Quand les êtres vivants rendent gloire et honneur et actions de grâces à celui qui est assis sur le trône, à celui qui vit aux siècles des siècles, les vingt-quatre vieillards se prosternent devant celui qui est assis sur le trône, et ils adorent celui qui vit aux siècles des siècles, et ils jettent leurs couronnes devant le trône, en disant : Tu es digne, notre Seigneur et notre Dieu, de recevoir la gloire et l’honneur et la puissance ; car tu as créé toutes choses, et c’est par ta volonté qu’elles existent et qu’elles ont été créées. Apocalypse 4.9 /11

Je regardai, et j’entendis la voix de beaucoup d’anges autour du trône et des êtres vivants et des vieillards, et leur nombre était des myriades de myriades et des milliers de milliers. Ils disaient d’une voix forte : L’agneau qui a été immolé est digne de recevoir la puissance, la richesse, la sagesse, la force, l’honneur, la gloire, et la louange. Et toutes les créatures qui sont dans le ciel, sur la terre, sous la terre, sur la mer, et tout ce qui s’y trouve, je les entendis qui disaient : A celui qui est assis sur le trône, et à l’agneau, soient la louange, l’honneur, la gloire, et la force, aux siècles des siècles ! Et les quatre êtres vivants disaient : Amen ! Et les vieillards se prosternèrent et adorèrent. Apocalypse 5.11/14

Ces passages, l’Apocalypse surtout, nous apprennent ce qu’est la véritable adoration.

Un parfum de bonne odeur

Dans le culte du sanctuaire de l’Ancienne Alliance, un parfum particulier, composé selon les instructions divines, devait être brûlé sur l’autel d’or dans le lieu très saint, comme une offrande de bonne odeur agréée par le Seigneur.

Derrière le second voile se trouvait la partie du tabernacle appelée le saint des saints, renfermant l’autel d’or pour les parfums, et l’arche de l’alliance, entièrement recouverte d’or. Il y avait dans l’arche un vase d’or contenant la manne, la verge d’Aaron, qui avait fleuri, et les tables de l’alliance. Hébreux 9.3

Aaron y fera brûler du parfum odoriférant ; il en fera brûler chaque matin, lorsqu’il préparera les lampes ; il en fera brûler aussi entre les deux soirs, lorsqu’il arrangera les lampes. C’est ainsi que l’on brûlera à perpétuité du parfum devant l’Eternel parmi vos descendants. Exode 30.7,8

Cette offrande de parfum est l’expression de l’adoration que le Souverain Sacrificateur offrait à l’Eternel au nom de tout le peuple, chaque matin et chaque soir.

Nous retrouvons dans les Evangiles la présence du parfum comme une expression d’adoration à l’égard de Jésus.

Comme Jésus était à Béthanie, dans la maison de Simon le lépreux, une femme entra, pendant qu’il se trouvait à table. Elle tenait un vase d’albâtre, qui renfermait un parfum de nard pur de grand prix ; et, ayant rompu le vase, elle répandit le parfum sur la tête de Jésus. Marc 14:3

Marie, ayant pris une livre d’un parfum de nard pur de grand prix, oignit les pieds de Jésus, et elle lui essuya les pieds avec ses cheveux ; et la maison fut remplie de l’odeur du parfum. Jean 12:3

Le parfum est le symbole des sentiments de ceux qui adorent le Seigneur et qui lui sont agréables. En Apocalypse 8.3, nous voyons qu’il accompagne les prières des saints.

Et un autre ange vint, et il se tint sur l’autel, ayant un encensoir d’or ; on lui donna beaucoup de parfums, afin qu’il les offrît, avec les prières de tous les saints, sur l’autel d’or qui est devant le trône. Apocalypse 8:3

Lorsque nous prions, n’oublions pas de venir en adorant et avec des actions de grâces, vers Celui qui est assis sur un trône très élevé et qui tient dans sa main l’âme de tout ce qui vit. Job 12:10

Persévérez dans la prière, veillez-y avec actions de grâces. Colossiens 4:2

Bien d’autres exemples de la Bible nous apprennent que Dieu est particulièrement désireux et réjoui par ses adorateurs et le fait qu’un parfum exclusif lui soit réservé nous instruit de la valeur et de l’importance de l’adoration.

Un parfum de grand prix

L’adoration tient une place unique dans notre relation avec Dieu et nous avons déjà vu combien ceux qui adorent de tout leur cœur lui sont agréables.

Le parfum est la substance qui représente le mieux l’adoration, à cause de sa nature légère, subtile et tellement agréable, qui d’une manière invisible mais intense remplit le lieu où il exhale.

L’adoration marque d’une façon très intime, l’essence de la relation spirituelle et affective que nous avons avec le Seigneur. Elle dégage l’émotion profonde de l’âme de celui ou de celle qui adore.

J’écrivais dernièrement à un très cher ami pour lui faire part d’une expérience que j’ai vécue, un matin, très simplement, presque sans l’avoir vraiment cherchée.

Je me trouvais dans la salle de bain et il m’est venu un chant d’adoration que voici :

Viens, ne tarde plus, adore. Viens, ne tarde plus, donne ton cœur. Viens, tel que tu es, adore. Viens, tel que tu es devant ton Dieu. Viens !

Plusieurs paroles m’ont semblé très dirigées : "ne tarde plus" et surtout : "Viens tel que tu es devant ton Dieu"

Je me suis mis approprié ces mots en disant : "Je" viens ...

Aussitôt j’’ai été submergé d’une profonde émotion envers Dieu, comme un contact, une connexion qui venait de s’établir et qui me pénétrait.

Je me suis dit "C’est ça l’adoration !"

Quel que soit le lieu, quel que soit le moment, la véritable adoration c’est lorsque notre âme est envahie tout à coup d’un sentiment d’amour, de tendresse, d’admiration, mais aussi d’un profond respect pour le Seigneur.

Nous pouvons l’exprimer par un chant, par de simples mots, les mains levées, ou le corps prosterné, peu importe. La réalité intérieure est spirituelle, subtile, insaisissable, si intense, si évidente !

C’est ce que Jésus appelle "Adorer Dieu en esprit et en vérité"

Cela lui est tellement agréable et si intensément bon, tellement bon pour nous ... comme un parfum qui remplit la maison ... qui remplit le sanctuaire ... qui remplit notre âme ...

Viens, ne tarde plus, adore. Viens, ne tarde plus, donne ton cœur. Viens, tel que tu es, adore. Viens, tel que tu es devant ton Dieu. Viens !