sans Eglise

mardi 28 janvier 2014
par  remi
popularité : 73%

Sans Eglise Tellement de chrétiens déçus pour diverses raisons sont enfermés chez eux ou se sont éloignés de l’Eglise, censée être le lieu d’édification et de croissance spirituelle. Ce qui est un danger pour leur vie spirituelle

VENEZ

CENTRE CHRETIEN DU PUITS OUVERT

Culte 10 H

25 route D Hondschoote rentrer 1 rue des moulins 59492 Hoymille

https://www.facebook.com/remi.louchie.9

http://www.chick.com/reading/tracts...

Le titre original de cet article était S.E.F = Sans Eglise Fixe, mais cette expression qui a été utilisée dans un article que j’ai lu désignait les personnes qui tout en croyant au Seigneur Jésus-Christ vivent leur foi en dehors des églises. Le terme Sans Eglise Fixe s’appliquerait plutôt à ceux qui vont d’église en église sans se fixer quelque part, ce qui est encore différent.

Mon sujet concerne donc ceux qui sont "sans église", c’est à dire qui n’en fréquentent plus aucune. souvent avoire une place de pasteur ou diriger ou donner leur idés d une nouvel église et le non et la

Depuis plusieurs années je rencontre de plus en plus de personnes qui s’efforcent de vivre leur foi chrétienne en dehors des églises locales. J’ai souvent essayé d’en connaître les véritables motifs, mais les réponses sont tellement diverses. Parfois contradictoires. Cependant on y trouve généralement les mêmes raisons.

A partir d’entretiens avec plusieurs personnes et des courriers reçus après la lettre aux amis, je vais m’efforcer ici de regrouper les motifs de cette situation, afin d’en faire une analyse. La plupart des courriers expriment des sentiments de souffrances et parfois de retenue, comme une personne brulée recule lorsqu’on veut la toucher. D’autres sont plus virulents dans leurs reproches. Nous devons comprendre ceux qui ont souvent été blessés, agressés ou rejetés des églises, ce qui produit cet état d’écorchés vifs.

Si mes propos heurtent quelqu’un, qu’il veuille bien m’excuser. Je n’ai pas voulu m’immiscer dans la vie de ceux que j’interroge, mon intention est d’aider les uns et les autres à vivre en paix dans le Seigneur, à s’aimer et s’exhorter mutuellement, en toute douceur et avec bonté. Personnellement, je crois qu’il est préférable et plus enrichissant de vivre la communion fraternelle au sein d’une église locale, mais comme nous allons le voir c’est parfois bien difficile.

Pour être juste vous trouverez dans cet article les avis des uns comme des autres, ceux qui soutiennent leur position de "sans église" et ceux qui affirment la nécessité de vivre une communion fraternelle d’église, malgré les difficultés.

Pour introduire ce sujet, voici quelques passages de référence concernant la relation du Grand et Bon Berger avec ses brebis :

Ezéchiel 34:16 Je chercherai la brebis qui sera perdue, je ramènerai celle qui se sera éloignée, je panserai celle qui a une patte cassée, et je fortifierai celle qui est malade. Mais je détruirai celle qui est grasse et forte : je les ferai paître avec équité.

Comme un berger, il garde son troupeau, il le rassemble d’un geste de la main, il porte les agneaux dans ses bras, il conduit doucement les brebis qui allaitent leurs petits. Esaïe 40:11

Que vous en semble ? Si un homme a cent brebis, et que l’une d’elles s’égare, ne laisse-t-il pas les quatre-vingt-dix-neuf autres sur les montagnes, pour aller chercher celle qui s’est égarée ? Et, s’il la trouve, je vous le dis en vérité, elle lui cause plus de joie que les quatre-vingt-dix-neuf qui ne se sont pas égarées. Matthieu 18:12,13

Je suis le bon berger. Je connais mes brebis, et elles me connaissent, comme le Père me connaît et comme je connais le Père ; et je donne ma vie pour mes brebis. Jean 10:14,15

Mes brebis entendent ma voix. Moi, je les connais, et elles me suivent. Je leur donne la vie éternelle ; elles ne périront jamais, et personne ne les arrachera de ma main. Jean 10.27,28

En lisant ces paroles, nous pouvons comprendre combien le Seigneur se préoccupe de tous ses rachetés et pas seulement de ceux qui sont dans les églises. Il semble qu’il ait encore plus de sollicitude pour les brebis qui sont en dehors.

Quel homme d’entre vous, s’il a cent brebis, et qu’il en perde une, ne laisse les quatre-vingt-dix-neuf autres dans le désert pour aller après celle qui est perdue, jusqu’à ce qu’il la retrouve ? Luc 15:4

Il faut préciser que tous ceux qui sont en dehors des églises, ne délaissent pas pour autant la prière et la lecture de la Parole de Dieu, s’efforçant de garder leur communion avec le Seigneur. Ils affirment d’ailleurs leur appartenance à l’Eglise de Christ. Néanmoins beaucoup souffrent du manque de communion fraternelle.

Pourquoi ?

Quelles sont les raisons qui font que des hommes et des femmes qui croient au Seigneur Jésus-Christ, pour lesquels il est le Sauveur, le Seigneur, le Berger qu’ils aiment, sont hors des églises locales, assemblées officielles ou églises de maison ?

Selon les réponses à l’enquête, nous pouvons classer les "sans églises" en plusieurs catégories :

•Ceux qui pour des raisons de difficultés relationnelles dues souvent à une sensibilité exacerbée par des échecs, souffrances et blessures de la vie dans leurs relations familiales et sociales. Ceux là éprouvent beaucoup de difficultés à établir des relations de confiance tellement ils ont été trompés et déçus.

• D’autres, cherchent une église parfaite sans accroc, sans conflit, sans déception, une église idéale. Ils seront impossible à satisfaire. Ils ne trouvent pas dans les églises existantes le modèle qu’ils ont découvert ou croient avoir découvert dans les églises du Nouveau Testament.

• Ceux qui s’élèvent contre un ordre établi. Ils rejettent toute autorité, même légitime. Ce sont en fait des insoumis permanents se révoltant contre l’autorité établie par Dieu. Souvent ils causent des divisions pour créer leur propre groupe, qu’ils tiennent ensuite asservi à leur autoritarisme. Ceux là ne m’ont pas écrit et pour cause !

•Puis, il y a ceux qui sont brimés ou rejetés pour diverses raisons :

- des personnes faibles qui n’arrivent pas à se défaire de certaines mauvaises habitudes, qui impatientent ceux qui sont plus forts.

- des personnalités affirmées, qu’il faudrait convaincre plutôt que vouloir faire plier.

- certains dont la situation sociale ou familiale pose problème, tels les divorcés remariés à qui ont ne pardonne pas la faute et qui sont placés à vie "sous-discipline", quand on veut bien accepter leur présence. Mon épouse a rencontré le refus au baptême d’eau pour cette raison et notre couple n’était pas accepté dans la vie active de l’église. Cependant, il y a des églises accueillantes, spirituelles et attentives. Mais comme elles ne sont pas parfaites on passe souvent à côté sans les remarquer.

•Enfin, il y a les isolés, soit par la distance, soit à cause d’un handicap physique ou la vieillesse, ceux que personne ne visite assez souvent ou parfois pas du tout.

• Et puis pour être plus complet, il faut aussi citer ceux qui ne fréquentent que les grands événements "charismatiques" unitaires dans lesquels se produisent de "grands prophètes". Il est clair que pour eux la petite église avec son humble pasteur n’est pas à la hauteur de leur attente. Pardonnez mon ironie, mais c’est tellement triste. c’est le temps de la séduction !

Je remarque que dans les réponses de ceux qui m’ont écrit, les mêmes motifs reviennent. Voici quelques extraits du courrier reçu :

"Je suis un S.E.F., voire même un chrétien sans "église" du tout.

Mais c’est là que Dieu voulait que j’aille pour que j’y apprenne à le prier et à l’écouter. Mais très vite, j’ai constaté jalousie, agressivité, interdits, ce qui m’a passablement surpris en tant que "jeune" chrétien. Disputes et parti-pris avaient aussi leurs lots. J’y suis resté pendant près d’une année, puis j’ai fréquenté une autre assemblée avec assiduité. Mais, au bout de 3 ans, j’ai constaté que les mêmes "messages" nous étaient donnés, comme si Dieu nous rappelait des choses déjà dites mais que nous n’avions pas appliquées. Les interventions du Saint-Esprit, à travers quelques membres, se sont faites de plus en plus rares. Un ferment de division s’était installé. La division est finalement intervenue alors que j’avais déjà quitté cette communauté. J’ai compris que je n’avais plus rien à faire dans cette communauté.

J’ai des contacts avec d’autres chrétiens. Mais, si je dois résumer le pourquoi de ma "solitude", c’est le manque de profondeur dans la connaissance de Dieu (pourquoi Dieu revient-il sur le même sujet trois ans après nous l’avoir déjà transmis ?), le manque d’obéissance découlant d’une absence plus ou moins marquée de la recherche de la volonté de Dieu, la superficialité de l’amitié entre membres d’une même communauté, les divisions dans lesquelles nous nous sommes installés sans vouloir nous regarder en face à ce sujet et, surtout, l’absence quasi-totale du Saint-Esprit lors de nos réunions dominicales (en fait, nous avons "démissionné" Jésus de sa place de chef du Corps). Et pourtant, j’aspire à retrouver des petits groupes. Je le demande à Dieu régulièrement, mais rien ne se présente pour l’instant. Nous devons instamment retourner à l’école de notre Seigneur qui veut rassembler ses enfants. Saurons-nous l’entendre ? En toute amitié."

Un autre écrit :

" Cela a été une mise à part par le Seigneur lui même qui m’a enlevé tout les appuis que j’avais que se soit les amis dans le monde ou que se soit les frères et sœurs en Christ. Cela a été très dur mais combien enrichissant car cela m’a amené à mettre toute m’a confiance en Dieu lui-même. Cela ne m’a pas empêché de continuer à me nourrir grâce à internet avec toutes les prédications que nous avons sur des sites chrétiens. Et je bénis tous ses frères et sœurs qui passent du temps pour mettre tout cela en ligne. Car le Seigneur prépare beaucoup de serviteurs dans l’ombre pour les temps qui viennent. J’ai été beaucoup condamné par beaucoup de chrétiens à coup de versets bibliques... Quand on ne marche pas comme eux ou sous le joug qu’il voudrait nous mettre. Mais notre Seigneur est un grand Dieu capable de ramener n’importe lequel d’entre nous. Je crois que ns ne devrions pas juger mais prier pour tout ceux qui quittent les églises. Et se demander pourquoi ils quittent les églises plutôt que de les condamner. Ils serait bien que les serviteurs de Dieu s’interrogent sur le pourquoi, car se n’est pas une personne qui quitte les lieux de culte mais c’est une grande quantité."

Une sœur écrit :

Ce que j’ai vu dans les églises, malheureusement sans exception, m’a fait penser à l’inverse de ce que demande Dieu. Les églises sont des institutions, donc des lois d’hommes, contraires à l’enseignement de Jésus-Christ. L’Histoire ne fait que se répéter : Jésus-Christ était-il bien reçu dans les synagogues ? Et bien moi non plus !

Une chère sœur que nous aimons beaucoup, et dont nous connaissons l’attachement au Seigneur et l’honnêteté, m’envoie ce courrier, assez long, mais combien "édifiant" :

"Pourquoi est ce que j’ai été amenée à partir. Parce que le pasteur avait créé son univers. Au départ fondé sur Dieu et le St Esprit, c’est certain, mais par la suite ce pasteur à fait de l’église, sa chose. Il en était le cœur, le dirigeant, le maître. C’est tout simplement une dérive sectaire. Il n’était plus possible d’y suivre la Bible éclairée de l’action du St Esprit au travers des autres membres. Dieu me faisait grandir, cette église voulait faire de moi un bonzaï qui puisse rentre dans la jolie petite serre du pasteur, remplie de chrétiens bonzaïs. Pour ce que j’en sais, beaucoup des SEF ont connu cette expérience et ont quitté leur église, car ils ne pouvaient pas s’appuyer sur les autres membres pour partager ce que Dieu déposait en eux pour les faire grandir. La seule voie possible était celle fixée par le pasteur. Beaucoup ont cru naïvement comme moi qu’en parlant l’incompréhension disparaitrait, mais mais ils se sont aperçus qu’en plus de l’incompréhension, ils sont devenus un danger pour l’église. Montrer comme un danger qu’il faut éviter, les autres membres les évitent.

Je ne crois pas que les SEF soient de mauvais chrétiens, des dangers ou des gens qui vont être condamnés parce qu’ils quittent l’église ou qui vont perdre leur foi parce que aujourd’hui "en dehors de l’église locale point de salut", comme le disait en son temps l’église catholique et comme le catéchisme de Jean Paul II l’enseigne toujours d’ailleurs. Je crois que la majorité des SEF sont partis parce qu’ils ne pouvaient pas vivre leur foi personnelle dans un cadre devenu sclérosant. Je sais aussi que ces départs si nombreux, sont de la volonté de Dieu et répondent à un plan bien précis. Je travaille depuis environ un mois sur la rédaction de cela à partir de la Bible, et les choses peu à peu se confirment. Si ils sont partis c’est parce qu’ils n’ont pas trouvé :
- la prise en compte de leur foi, parce que considérés comme de trop jeunes chrétiens, ou ayant une foi trop différente de la ligne de l’église.
- l’écoute - le partage
- la prière commune pour être convaincu par Dieu dans un sens ou un autre.
- la patience et l’amour des anciens qui devaient les accompagner ou les conduire dans la recherche de la vérité de Dieu. Ils n’ont tout simplement pas trouvé dans leur église la liberté de l’Esprit qui fait que l’on peut partager en paix et sécurité, ce que l’on reçoit ou vit. En fait ils se sont heurtés à un système établi, qui ne laisse plus de place à l’imprévu de Dieu. Ils se sont heurtés à :
- la doctrine , la hiérarchie et le planning établis.
- au légalisme. - la menace. - la condamnation. - l’isolement.
- le doute intérieur et la souffrance. Ils ont fait le choix d’être fidèles à ce qu’ils recevaient même dans la solitude et la condamnation, plutôt que de garder une place dans l’église. "Vendre son héritage pour un bol de soupe" et c’est bien de cela dont il s’agit. Rester enfant de Dieu ou devenir héritier de Dieu comme Jésus l’a été, devenir enfin les cohéritiers de Christ. Je ne sais pas si je réponds bien à votre demande. Pour être honnête il y a un bon moment (plusieurs années) que je ne pense plus au pourquoi de mon départ, mais au but de celui ci. Je sais seulement que si ce départ n’avait pas été voulu par Dieu, je n’aurai pas pu le faire, car quitter mon église a été un déchirement pour moi. Je suis sur que si Dieu n’avait pas voulu ce départ, non seulement je n’aurai pas pu garder ma foi, mais elle n’aurait pas été purifiée et fortifiée comme elle l’a été toute ces années. Enfin puisque vous abordez cette question, je dois vous dire qu’il y a environ deux mois, j’ai reçu une lettre d’une jeune femme de mon ancienne église, qui me disait avoir été convaincue par Dieu pendant un temps de louange, d’avoir péché contre moi parce qu’elle m’avait condamné comme le demandait le pasteur, sans savoir ce que j’avais fait, et parce qu’elle ne voulait pas mettre en danger sa place d’amie de l’épouse du pasteur. Cela je le savais depuis longtemps, mais il ne fait aucun doute, connaissant bien cette jeune femme, que seul Dieu a pu la convaincre et lui donner le courage de m’écrire.

Enfin, voici un autre extrait de courrier

Nous, on a résolu le problème de l’église en prenant sur la carte l’église la plus proche de chez nous, et on s’est forcés à s’intégrer. Ya bien des églises, comme chez ... , mais c’est un FRIGO et l’esprit de contrôle règne en maître. Sinon, des églises charismatiques, mais c’est tellement bruyant, et tous ces appels d’argent, ces ministères à la m’as-tu-vu, j’ai même eu droit à un sermon spécial sur le fait que je tutoyais le pasteur en l’appelant par son prénom, alors qu’il fallait que je dise "pasteur". Et la sono tellement fort, on passe pour pas spirituel quand on le leur dit ! Et tellement peu d’enseignement !! Comment veux-tu que j’amène les enfants là dedans ?

Il y a encore d’autres réponses, mais celles-ci sont les plus représentatives. On peut ne pas être d’accord avec certains de ces arguments, mais tous ceux qui me répondent sont dans cet état d’esprit et c’est alarmant, pace que dans les églises, des pasteurs les accusent et les condamnent sans les écouter vraiment et reconnaître leurs propres carences. On remarque d’ailleurs que le conflit se situe souvent au niveau des pasteurs. Tous ne sont pas à reprendre, mais certains feraient bien de méditer ces paroles :

Jérémie 10:21 Les bergers ont été stupides, Ils n’ont pas cherché l’Eternel ; C’est pour cela qu’ils n’ont point prospéré, Et que tous leurs troupeaux se dispersent.

Jérémie 23:2 C’est pourquoi ainsi parle l’Eternel, le Dieu d’Israël, Sur les pasteurs qui paissent mon peuple : Vous avez dispersé mes brebis, vous les avez chassées, Vous n’en avez pas pris soin ; Voici, je vous châtierai à cause de la méchanceté de vos actions, Dit l’Eternel.

Ezéchiel 34:4 Vous n’avez pas fortifié celles qui étaient faibles, guéri celle qui était malade, pansé celle qui était blessée ; vous n’avez pas ramené celle qui s’égarait, cherché celle qui était perdue ; mais vous les avez dominées avec violence et avec dureté.

Un pasteur américain, J. Lee Grady, du magazine Charisma, écrit :

Vous savez certainement que les chrétiens Américains quittent leurs églises aujourd’hui à un rythme alarmant. Beaucoup n’ont simplement plus le temps dans leur planning surchargé d’aller à l’église le dimanche pour le culte, tant la lessive s’est empilée et la boite email est pleine. D’autres, ont été blessés ou ont été manipulés par des responsables d’églises qui ont voulu imposer leur propre agenda bien rempli rempli à toute la congrégation. Et d’autres enfin en ont eu assez d’entendre des sermons brouillons et d’être engagés dans une série d’activités religieuses stériles et sans fin. On appelle cela une dépression religieuse. Et il ne fait pas de doute que cela soit devenu un fléau très répandu dans notre société post-moderne

Un frère, qui a vécu des moments difficiles dans ses relations d’églises, me dit :

"Au sujet de ton sondage ; voici mes réflexions suite aux divers déplacements que j’ai pu faire de part mon activité professionnelle. Il y a tout d’abord ceux qui confondent l’église avec le" club med" qui cherchent de l’ambiance...que l’on s’occupe d’eux. Ensuite il y à ceux qui cherchent l’église parfaite, rien n’est jamais à leur goût . Puis les orgueilleux , qui pensent pouvoir se débrouiller tout seul, faire leur petite religion ,imposer leur point de vue. Enfin il y a les œcuméniques, le triomphe de l’amour même au détriment de quelques entorses doctrinales. Voila quelques pistes".

Enfin, un autre frère m’écrit :

Le Souverain Pasteur des brebis, a le souci de toutes pour autant qu’ elles veulent entendre sa voix et obtempérer. Personnellement, j’ ai la conviction que toutes ces brebis "SEF" ne sont pas à mettre dans la même catégorie. La première est celle des brebis blessées par des responsables d’ églises coupables de mauvais comportements. Il faut aller les chercher et les soigner. L’ autre catégorie est celle des brebis indociles, rebelles qui sont Sans Eglise Fixe de par leur propre attitude. Souvent par ce qu’ elles n’ ont pas compris qu’ elles sont elles mêmes l’ Eglise. (le tabernacle et l’ habitation de Dieu ;)

Dans la plupart des situations, à part ceux qui se révoltent contre toute autorité, (et encore ) il y a de la souffrance, celle de ceux qui se sentent malgré tout de la famille des enfants de Dieu et qui vivent à l’écart. Ce qui prouve que cette situation n’est pas normale, ni conforme à la Parole de Dieu.

Que faut-il faire ?

Nous devrons premièrement prier pour que les églises deviennent des maisons familiales dans lesquelles tous les enfants de Notre Père céleste sont accueillis avec l’amour de Dieu, pour se rassembler autour de leur Sauveur et Seigneur, dont ils sont devenus les frères et les sœurs, dans un esprit d’humilité, de service réciproque, d’écoute et de partage, où le plus petit, ou qui semble tel, apporte aussi sa part. Cela ne réglera pas tous les problèmes, mais améliorera beaucoup les relations.

Ne rêvons pas, les églises du Nouveau Testament connaissaient les mêmes difficultés et les même problèmes qu’aujourd’hui. Nous en avons pour preuves les exhortations nombreuses et constantes, souvent pressantes, à l’amour vrai, à la charité, au support mutuel, au pardon réciproque, à la bienveillance, à la bonté, à la douceur, à la fidélité, à la paix et à la tempérance.

Les anciens étaient exhortés par les apôtres à paître le troupeau de Dieu avec dévouement, sans le dominer durement, en se montrant des modèles, selon ce qu’écrit l’apôtre Pierre :

J’exhorte donc les anciens qui sont parmi vous, moi, ancien comme eux, témoin des souffrances du Christ et participant à la gloire qui doit être révélée : Faites paître le troupeau de Dieu qui est avec vous, non par contrainte, mais volontairement selon Dieu ; ni pour un gain sordide, mais de bon cœur ; non en tyrannisant ceux qui vous sont confiés, mais en devenant les modèles du troupeau ; et, lorsque le souverain pasteur paraîtra, vous remporterez la couronne incorruptible de la gloire. 1 Pierre 5:1-4

Mais il n’y a plus beaucoup d’apôtres pour exhorter et reprendre les pasteurs et d’ailleurs, ces derniers les accepteraient-ils ? Il m’arrive de vouloir donner des conseils (je ne suis pas apôtre) mais je rencontre des visages fermés, tendus vers leurs propres conceptions et leurs projets, incapables d’écouter.

En réalité, les "sans églises" sont en recherche de communion fraternelle. Ils ont besoin de rencontrer des serviteurs de Dieu et des frères et sœurs qui ne les condamnent pas et surtout qui ne veulent pas à tout prix les récupérer, afin de les embrigader dans "leur bergerie".

Il est certainement possible d’établir des liens de communion fraternelle, non pas en leur disant "Venez chez nous" ! Mais en allant vers eux, pour prier avec eux et partager, là où ils sont. Cependant la confiance est difficile à reconstruire ... Il faut l’aide du Saint-Esprit.

Je crois que le Seigneur veut plus que jamais unir ses enfants car les temps deviennent de plus en plus difficiles.

Matthieu 24.4-14 Jésus leur répondit : Prenez garde que personne ne vous séduise. Car plusieurs viendront sous mon nom, disant : C’est moi qui suis le Christ. Et ils séduiront beaucoup de gens. Vous entendrez parler de guerres et de bruits de guerres : gardez-vous d’être troublés, car il faut que ces choses arrivent. Mais ce ne sera pas encore la fin. Une nation s’élèvera contre une nation, et un royaume contre un royaume, et il y aura, en divers lieux, des famines et des tremblements de terre. Tout cela ne sera que le commencement des douleurs. Alors on vous livrera aux tourments, et l’on vous fera mourir ; et vous serez haïs de toutes les nations, à cause de mon nom. Alors aussi plusieurs succomberont, et ils se trahiront, se haïront les uns les autres. Plusieurs faux prophètes s’élèveront, et ils séduiront beaucoup de gens. Et, parce que l’iniquité se sera accrue, la charité du plus grand nombre se refroidira. Mais celui qui persévérera jusqu’à la fin sera sauvé. Cette bonne nouvelle du royaume sera prêchée dans le monde entier, pour servir de témoignage à toutes les nations. Alors viendra la fin.

Quelle église ?

J’ai déjà écrit sur le choix d’une église et dans le cadre de cet article, la question est posée par "les sans églises" concernant l’identité spirituelle des différents groupes qui peuvent exister dans une même ville. J’ai aussi écrit sur cette situation dans l’article : l’Eglise puzzle.

Tous les groupes qui se réclament de Christ sont-ils des églises du Seigneur Jésus-Christ, établies dans une ville selon sa volonté ?

Notre attitude à l’égard de ces églises dépend de notre réponse ou de la perception que l’on aura de sa légitimé. Des personnes font des kms (et pas seulement dans la région parisienne) pour se rendre aux réunions, alors que près de chez eux, il existe une assemblée qui confesse le Seigneur Jésus-Christ comme Sauveur et Seigneur.

Alors posons leur la question : Croyez vous que cette église est du Seigneur et si oui pourquoi ne vous y associez vous pas ?

Il y a là une anomalie et une faute envers le corps de Christ. Il faut être cohérant : ou le groupe qui se réunit au nom du Seigneur est une église qui lui appartient et alors nous nous y joindrons ou il n’est pas au Seigneur et nous nous en éloignerons. Soyons spirituels. Ne méprisons pas nos frères et nos sœurs en Christ, les membres de son corps.

Que le feu de la charité se rallume en nous et envers tous.

La charité est patiente, elle est pleine de bonté ; la charité n’est point envieuse ; la charité ne se vante point, elle ne s’enfle point d’orgueil, elle ne fait rien de malhonnête, elle ne cherche point son intérêt, elle ne s’irrite point, elle ne soupçonne point le mal, elle ne se réjouit point de l’injustice, mais elle se réjouit de la vérité ; elle excuse tout, elle croit tout, elle espère tout, elle supporte tout. 1 Corinthiens 13:4-7

Pour ceux qui restent dans les églises et ils sont nombreux, ils s’efforcent de vivre la communion fraternelle pour plusieurs raisons :

Une des premières est que le Seigneur lui-même ajoute à l’église ceux qui sont sauvés

Actes 2:47 Et le Seigneur ajoutait chaque jour à l’Église ceux qui étaient sauvés.

La seconde c’est qu’ils se considèrent comme membres du corps de Christ, et que les membres les plus faibles et les moins honorables ont leur place pour l’utilité commune.

Maintenant donc il y a plusieurs membres et un seul corps. L’œil ne peut pas dire à la main : Je n’ai pas besoin de toi ; ni la tête dire aux pieds : Je n’ai pas besoin de vous. Mais bien plutôt, les membres du corps qui paraissent être les plus faibles sont nécessaires ; et ceux que nous estimons être les moins honorables du corps, nous les entourons d’un plus grand honneur. Ainsi nos membres les moins décents sont traités avec le plus de décence, tandis que ceux qui sont décents n’en ont pas besoin. Dieu a disposé le corps de manière à donner plus d’honneur à ce qui en manquait, afin qu’il n’y ait pas de division dans le corps, mais que les membres aient également soin les uns des autres. Et si un membre souffre, tous les membres souffrent avec lui ; si un membre est honoré, tous les membres se réjouissent avec lui. 1 Corinthiens 12:20 ...

Partant de cette évidence ils pensent aussi qu’ils ne pourraient pas vivre à l’écart, se référant à ce passage des Ecritures :

Proverbes 18:1 Celui qui se tient à l’écart cherche ce qui lui plaît, Il s’irrite contre tout ce qui est sage.

Une de leurs principales raisons est le souci de l’instruction et de l’avenir spirituel de leurs enfants. Ils pensent que leurs enfants ont aussi besoin de la relation avec d’autres enfants de chrétiens et du contexte de l’église locale.

Enfin, il s’efforcent de pratiquer les instructions qui se rapportent aux relations des disciples de Christ entre eux, à commencer par le commandement du Seigneur :

Jean 15:12 Voici mon commandement : Aimez–vous les uns les autres, comme je vous ai aimés.

Colossiens 3:12,13 Ainsi donc, comme des élus de Dieu, saints et bien-aimés, revêtez-vous d’entrailles de miséricorde, de bonté, d’humilité, de douceur, de patience. Supportez-vous les uns les autres, et, si l’un a sujet de se plaindre de l’autre, pardonnez-vous réciproquement. De même que Christ vous a pardonné, pardonnez-vous aussi.

Appendice.

Extrait de l’étude "Construire selon le modèle"

Des églises-bergeries

Parmi les raisons d’être de l’église locale, il y a celle de bergerie, un lieu d’accueil dans lequel ceux qui ont cru au Seigneur Jésus-Christ peuvent être édifiés, fortifiés, guéris et restaurés, pour être capables de vivre convenablement leur vie de disciples de Christ dans le monde. Mais pour cela il est nécessaire que les églises locales soient gouvernées correctement, selon la pensée du Chef de l’Eglise, le Christ, qu’elles aient de bons et fidèles "bergers"

Dans ce domaine le rôle des anciens est primordial, car ils veillent sur ceux que le Seigneur leur a confiés.

Actes 20:28 Prenez donc garde à vous–mêmes et à tout le troupeau au sein duquel le Saint–Esprit vous a établis évêques, pour faire paître l’Église de Dieu qu’il s’est acquise par son propre sang.

Or aujourd’hui, le ministère pastoral tel qu’il est pratiqué dans les églises n’est pas conforme à l’enseignement du Nouveau Testament. La conduite d’une église ne peut pas être confiée à une seule personne, même si "le pasteur" s’entoure de quelques assistants. Il y a une espèce d’auréole sur "le" pasteur, qui en fait un personnage craint, ou adulé à l’excès ou encore exécré. Il est celui sur lequel se focalisent toutes les attentes ou tous les griefs des membres de l’église. Cela est anormal et va à l’encontre de ce qu’enseigne le Nouveau Testament concernant la façon dont les églises doivent être gouvernées.

Au commencement, dans le gouvernement des églises il y avait les apôtres et les anciens et non pas les apôtres, les pasteurs et les anciens. Lorsqu’il y a eu le conflit entre les croyants d’origine juive, les circoncis et ceux venant des païens, les incirconcis, il a été fait appel aux apôtres, aux anciens et aux frères.

Actes 15:4 Arrivés à Jérusalem, ils furent reçus par l’Eglise, les apôtres et les anciens, et ils racontèrent tout ce que Dieu avait fait avec eux. Actes 15:6 Les apôtres et les anciens se réunirent pour examiner cette affaire.

Actes 15:23 Ils les chargèrent d’une lettre ainsi conçue : Les apôtres, les anciens, et les frères, aux frères d’entre les païens, qui sont à Antioche, en Syrie, et en Cilicie, salut !

L’ordre des choses était donc : les apôtres, les anciens et les frères. Je me répète pour bien faire comprendre cet enseignement.

Dans chaque église il y avait plusieurs anciens et il n’est écrit nul part que l’un d’eux avait la prééminence sur les autres, comme un super-ancien = un pasteur-leader (le leadership est un emprunt au monde qui ne convient pas à l’église de Christ). Dans une église, les anciens dirigent et parmi eux certains prêchent et enseignent.

Ils firent nommer des anciens dans chaque Eglise, et, après avoir prié et jeûné, ils les recommandèrent au Seigneur, en qui ils avaient cru. Actes 14:23

Tite 1:5 Je t’ai laissé en Crète, afin que tu mettes en ordre ce qui reste à régler, et que, selon mes instructions, tu établisses des anciens dans chaque ville.

Actes 20:17 Cependant, de Milet Paul envoya chercher à Ephèse les anciens de l’Eglise.

Dans l’épitre de Jacques il est encore écrit :

Quelqu’un parmi vous est–il malade ? Qu’il appelle les anciens de l’Église, et que ceux–ci prient pour lui, en l’oignant d’huile au nom du Seigneur ... Jacques 5:14

Il y avait à Lystre, dans l’église où était Timothée, un groupe d’anciens. 1 Timothée 4:14

Tite devait mettre en place des anciens dans chaque église de Crète

Tite 1:5 Je t’ai laissé en Crète, afin que tu mettes en ordre ce qui reste à régler, et que, selon mes instructions, tu établisses des anciens dans chaque ville

Ces quelques passages, enseignent clairement la façon dont les églises étaient dirigées et il serait bon que l’on revienne à ce modèle, ce qui éviterait bien des problèmes d’autoritarisme, de scandale et de déviation. Plusieurs anciens dans une église sont à même de mieux comprendre les situations et d’intervenir avec sagesse.

C’est un enseignement très clair que l’église doit être gouvernée par plusieurs anciens, choisis dans son sein et établis par des apôtres. (Voir l’étude : Le ministère pastorale)

Mais les pasteurs sont-ils prêts a mettre en pratique la Parole de Dieu ou préfèrent-ils conserver leurs prérogatives qu’aucun texte des Ecritures ne justifie, ni n’appuie ? Souvent le choix d’un pasteur pour une église se décide dans un réunion d’autres pasteurs. Or les anciens (encore une répétition) étaient issus de l’assemblée dans laquelle ils vivaient.

Il y a des choses dans l’Eglise qui existent depuis des siècles, héritées des traditions religieuses ancestrales, qui se sont perpétuées au delà des réformes successives, dont celle d’un clergé à part pour diriger le peuple.

Si nous voulons éviter les écueils contre lesquels la barque vient se briser, il faut revenir dans les anciens sentiers. Cela vaut pour la conduite des enfants de Dieu en général et en particulier dans la façon dont les églises sont gouvernées.

Aujourd’hui, pour appliquer le modèle des Ecritures, le pasteur d’une église ne pourrait-il pas faire nommer des anciens par l’assemblée, selon Actes 14:23 ?

Ensuite, s’il désire rester dans cette église, il prendrait place parmi eux comme ancien lui-même, sans prérogative spéciale, les faisant, s’il le peut, bénéficier de son expérience, mais sans être le "leader".

Oui mais voilà il faut un certain courage. Cependant c’est le prix à payer si nous voulons voir les églises s’édifier selon les préceptes établis par le Seigneur.

Nous sommes un groupe de chrétiens réunis dans l’amour de Jésus-Christ pour l’adorer et le servir. Il ne s’agit pas d’une association fondée par la seule volonté de l’homme. Nous voulons être en communion active avec tous ceux qui partagent la même foi. Par conséquent, notre union ne vient pas de nous-mêmes, elle est une création de Dieu.

Nous ne portons pas d’autre nom que celui de "chrétien", et nous ne sommes rattachés à aucune secte organisée ou centralisée. Notre seule règle de foi et de pratique, c’est le Nouveau Testament ; notre seul chef, c’est le Christ. Nous avons donc renoncé aux doctrines, aux traditions et aux noms humains qui ne viennent pas de la Parole de Dieu et qui provoquent les divisions. Mais étant conscients de nos limites, nous ne cherchons pas à imposer nos propres opinions. Nous croyons que les enseignements du Christ et de ses apôtres, qui seuls font autorité dans l’Eglise, expliquent clairement tout ce qu’il faut croire et faire pour être chrétien et plaire à Dieu. Dans ce domaine, nous insistons sur une pleine conformité à la pureté et la simplicité des Ecritures saintes. Quant aux points doctrinaux secondaires et aux questions d’opinion, nous n’en faisons pas une condition de communion et ne reconnaissons à personne le droit de le faire.

Tout comme le Christ, nous déplorons la division qui existe actuellement parmi ceux qui se disent chrétiens. Nous prions que toutes les dénominations, au lieu de simplement se tolérer et se reconnaître les unes les autres, disparaissent pour donner humblement place à l’unité de tous les croyants.

Nous ne cherchons pas à faire des adeptes. Nous voulons seulement être des disciples du Christ et encourager notre prochain à l’être aussi. En retournant à la Bible, nous pouvons retrouver l’Eglise telle que Jésus l’a bâtie. élevons le nom du Seigneur Jésus et le Seigneur accompagne sa Parole par des signes, des miracles, des prodiges et la guérison des malades.

"Nous ne nous prêchons pas nous-mêmes ; c’est Jésus-Christ le Seigneur que nous prêchons, et nous nous disons vos serviteurs à cause de Jésus." 2 Corinthiens 4.5Paul averti Timothée qu’un temps viendrait ou certaines personnes du peuple de Dieu « Ne supporteront pas la saine doctrine ; mais, ayant la démangeaison d’entendre des choses agréables, ils se donneront une foule de docteurs selon leurs propres désirs, détourneront l’oreille de la vérité et se tourneront vers les fables. » (2 Timothée 4 : 3-4).

L’histoire nous démontre que cela s’est produit exactement comme Paul l’avait prévu. Après le décès des apôtres et de la génération qui avait été instruite a leurs pieds, une conspiration d’erreur et de mal a inondé l’église. Des croyants ont été séduits par des doctrines étrangères, la science et la philosophie ont érodé la vérité de l’évangile du Christ.

Considérez ce que Paul a dit de la pureté de l’église du Christ : Le « Christ… a aimé l’église, et s’est livrée lui même pour elle ; afin de la sanctifier en la purifiant et en la lavant par l’eau de la Parole, pour faire paraître devant lui cette Eglise glorieuse, sans tache, ni ride, ni rien de semblable, mais sainte et irréprochable » (Ephésiens 5:25-27)

La grande préoccupation de Dieu n’est pas au sujet de l’église infidèle. Même les apostasies ne pourront pas détruire l’Eglise de Jésus-Christ. Malgré ces problèmes, Dieu est au contrôle de tout

Allez, faites de toutes les nations des disciples, baptisez–les au nom du Père, du Fils et du Saint–Esprit, et enseignez–leur à garder tout ce que je vous ai prescrit. Et voici, je suis avec vous tous les jours, jusqu’à la fin du monde. Matthieu 28:19,20

http://www.chick.com/reading/tracts...